Le jour où… j’ai fait don de mes cheveux

Mes cheveux et moi, c’est une grande histoire d’amour. Je vous avais déjà fait part de mon aversion pour le coiffeur – ou plutôt, de ma tendance à laisser pousser mes cheveux pendant des années jusqu’à ce que ça devienne ingérable. Oups, I did it again!

Pour la petite histoire, j’avais l’intention de garder mes cheveux longs (comprendre : jusqu’aux fesses) pour le mariage de nos amis en Italie, début août. J’avais envie d’exhiber des cheveux de princesse pour ce jour-là, considérant qu’ils étaient mon principal atout beauté. Evidemment, ça n’a pas été tâche facile, le Matou ne cessant de me rabâcher à quel point mes cheveux étaient invivables : « ils s’emmêlent partout« , « tu me frappes avec quand tu te retournes dans ton sommeil« , « je ne vois même plus ton dos« , et j’en passe. Bon, c’est vrai que ça peut être contraignant, mais je n’étais pas prête à sacrifier ma chevelure de Sissi. Et donc, quand le week-end dernier je me suis lancée dans des tests de coiffure pour le fameux mariage, j’étais persuadée d’arriver à un résultat époustouflant. Ce fut… comment dire… loin, très loin d’être époustouflant. A vrai dire, ils étaient tellement longs et épais que je n’ai pas été capable de faire ne serait-ce qu’une choucroute acceptable sur le sommet de ma tête.

Des courbatures aux biceps et des crises d’énervement plus tard, ma décision était prise : j’allais me couper les cheveux. Un petit carré wavy très à la mode, une fleur dans les cheveux, et hop ! Ni vu ni connu, je serai la star des invités. J’avais bien l’intention de retourner chez Michel, le coiffeur connu de toutes les blogueuses, mais j’ai appris qu’entre-temps il avait quitté l’Atelier Dix. C’est en me mettant à la recherche d’un nouveau coiffeur capable de me transformer en bombasse des plages que je me suis retrouvée sur le site de Solidhair.

A vrai dire, j’avais déjà envisagé le don de cheveux, il y a bien longtemps (oui parce que ce n’est pas la première fois que je coupe environ 80 centimètres de cheveu, il faut pas croire, ça pousse comme de la mauvaise herbe !), mais faute de trouver le bon contact, le bon coiffeur, j’avais fini par abandonner. C’est en discutant avec une amie que j’ai eu le déclic : quoi de plus motivant de se dire qu’on ne se coupe pas les cheveux pour soi, mais pour en faire don à des malades qui rêveraient bien de se poser ce genre de questions « existentielles » ? Il m’a suffit d’un tour sur le site de Solidhair et la lecture de quelques témoignages très touchants sur leur page Facebook, combinés à une actualité familiale compliquée, pour que ma décision soit prise.

Quelques jours plus tard, je me rends chez Serge d’Estel, un salon recommandé par une collègue à quelques minutes de chez moi seulement, munie de tout le matériel nécessaire pour faire le don : des élastiques pour attacher mes mèches, une pochette Zip et une enveloppe au nom du partenaire de l’association qui réceptionne les dons. J’explique ma démarche dès mon arrivée à Claudia, la coiffeuse qui s’est occupée de moi et qui s’est montrée très compréhensive. Elle a tout de suite accepté ma demande un peu spéciale et un – gros – coup de ciseaux plus tard…

don-cheveux-1

Je me sens tout de suite plus légère. Je m’attendais à avoir un gros coup de blues en voyant comme ça mes cheveux étalés devant moi, mais pas du tout : au contraire, je suis ravie de ma décision et je ne regrette pas une seconde ! Mes cheveux sont doux et soyeux : j’avais bien pris soin de les hydrater à l’huile de coco et de les shampouiner la veille pour qu’ils soient beaux, propres et brillants. J’ajoute un petit mot à destination de l’association et zou ! direction la boîte aux lettres.

don-cheveux-2

Claudia n’en a bien sûr pas fini avec moi : maintenant que le gros des cheveux est coupé, il reste toute la coupe à faire ! Je lui montre les quelques photos que j’avais sélectionnées comme modèle et, à nouveau, elle adhère à l’idée et me confirme que ça m’ira très bien. On parle également du don et de l’association ensemble, mais également avec les autres coiffeuses du salon qui semblent toutes très intéressées. Deux heures plus tard, je sors, rayonnante : non seulement j’ai exactement la coupe que je voulais, mais je sais que mes cheveux ne finiront pas simplement à la poubelle. Ils donneront la chance à une femme ou une fillette de se sentir belle, elle aussi, malgré la maladie. Et ça, ça n’a pas de prix…

don-cheveux-3

Comment faire don de ses cheveux ?

L’association Solidhair accepte les dons de mèches de cheveux naturels exclusivement (sans henné, ni coloration, ni décoloration, ni Tie and dye, ni mèches), de minimum 25 centimètres. L’objectif : revendre ces mèches à perruquiers afin de financier l’achat de prothèses capillaires pour des malades du cancer en difficulté financière.

Le protocole est très simple : attacher ses cheveux longs en une ou plusieurs mèches, à différents endroits, et couper juste au-dessous du premier élastique. Les cheveux doivent au préalable avoir été lavés et démélés – aucun autre produit n’est nécessaire. Ensuite, placez vos mèches dans une enveloppe simple  en tarif poids lettre verte et envoyez-les à l’adresse suivante :

Deluxe Beauté, 20 rue de Longchamp 75116 PARIS

Solidhair travaille également avec un réseau de coiffeurs dans toute la France, qui s’occupent directement du don. La coupe est alors offerte par le coiffeur.

Le salon Serge d’Estel

J’ai eu une excellente expérience au salon Serge d’Estel. Toutes les coiffeuses se sont montrées très sympathiques, professionnelles et très douées ! Mention spéciale pour Claudia, qui est allée jusqu’à me montrer un essai de coiffure pour le mariage. Devant la pluie qui tombait à flots à mon départ du salon, ils sont allés jusqu’à me prêter un parapluie pour que je ne sois pas trempée en rentrant chez moi… Y a pas plus sympa ! 🙂

Les tarifs m’ont paru raisonnables, et les étudiants peuvent bénéficier d’un tarif promotionnel. Ils vendent également toute une gamme de produits naturels en propre – cela va du shampoing aux huiles en passant par les coffrets cadeau !

Je recommande donc sans hésiter :

Et vous, tentées par le don de cheveux ?

Publicités