Décoration du sapin et Manele : ma routine pré-Noël

IMG-6780

Avant-hier, c’était le premier dimanche de décembre, le premier dimanche de l’Avent et donc traditionnellement celui où j’entraîne le Matou dans le froid pour acheter notre sapin de Noël. Cette année n’a pas fait exception, je le tannais depuis quelques semaines déjà – si je m’écoutais, je ferais le sapin en octobre et le garderais jusqu’en mars ! – et il a fini par craquer. Nous nous sommes donc levés et sommes partis en début d’après-midi affronter les températures glaciales à la recherche d’un magasin ouvert. Nous avons fini par jeter notre dévolu sur un fleuriste affichant une belle sélection de sapins Nordman et en avons choisi un, ni petit ni trop grand, à ramener à la maison. En fin d’après-midi, nous nous sommes attelés à la décoration : j’avais mis un vinyle pour la musique d’ambiance, allumé une bougie parfumée, le Matou avait remonté le carton de décorations de la cave… La fin de weekend parfaite !

Les traditions de Noël ont toujours été particulièrement importantes pour moi, et en Alsace nous en avons énormément : bien sûr le Calendrier de l’Avent, mais également la préparation des bredele, (petits biscuits de Noël dégustés durant l’Avent et pendant les fêtes), la traditionnelle visite des marchés de Noël, bien qu’on connaisse les stands par coeur, le vin chaud fait maison parfumé à la cannelle – enfin tout est parfumé à la cannelle en Alsace de toute façon – ou la Saint Nicolas…

Au cas où vous vous interrogeriez, la Saint Nicolas est célébrée le 6 décembre, surtout dans les régions de l’Est et les pays nordiques (Allemagne, Pays-Bas, Belgique je crois…). Quand nous étions enfants, ma maman nous racontait l’histoire du Saint Nicolas venu sauver les petits enfants qui avaient été capturés puis enfermés dans une grande malle par un boucher qui voulait en faire du petit-salé – un équivalent du Père Fouettard puisque le Saint Nicolas condamne ensuite le boucher malveillant à arpenter la campagne le soir de Noël et à corriger les enfants qui n’ont pas été sages. En Alsace, ce soir, tous les enfants placeront une chaussure devant la porte ainsi qu’un bol de lait pour le Saint Nicolas et une carotte pour son âne. Et demain matin, ils découvriront leurs chaussures remplies de chocolats, de cadeaux… et de manele.

mannele-1-2

Les manele (appelés « manala » par les Haut-Rhinois… sans commentaire :D), ce sont ces petits bonhommes briochés aux pépites de chocolat, ou parfois aux raisins secs. On les prépare justement pour célébrer la Saint Nicolas. Alors pour l’occasion, je vous partage une recette très simple à faire pour que, vous aussi, vous profitiez un peu de cette tradition alsacienne :

Ingrédients pour une vingtaine de Manele

  • 800 g de farine
  • 1 paquet de levure boulangère fraîche (environ 40 g)
  • 150 g de beurre
  • 100 g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 litre de lait
  • 1 jaune d’oeuf

Préparation

  • Versez la levure dans le lait tiédi, remuez et laissez reposer 5 min.
  • Mélangez tous les ingrédients à la main ou au robot jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Pétrissez la pâte 10 min puis laissez lever 45 min à 1h dans un bol propre recouvert d’un chiffon tiède dans un endroit tempéré (près d’un radiateur, par exemple).
  • Reprenez la pâte, chassez l’air et faites-en des boules de 80 à 100 g. Allongez-les et formez la tête. Puis coupez en deux le bas pour former les pieds et incisez les côtés pour obtenir des bras.
  • Déposez-les sur une plaque, aplatissez-les un peu et laissez gonfler 30 min.
  • Puis badigeonnez-les avec du jaune d’œuf et un peu d’eau et faites-les cuire au four à 180°C pendant 20 à 25 min.

Et vous, quelles sont vos traditions pour attendre Noël ?

Publicités

J’ai testé : la cure de jus Dietox

Mon rapport à mon corps a toujours été compliqué, vous le savez sûrement déjà si vous me suivez. Il y a quelques mois, j’ai lu un article sur le blog de Laurie que je suis assidûment retraçant son expérience avec la cure Dietox. Si je refuse depuis bien longtemps déjà d’envisager la notion même de « régime », je reste toutefois intéressée par les solutions qui pourraient me permettre de me sentir mieux dans ma peau, contrebalancer les périodes d’excès, me permettre de retrouver un équilibre alimentaire quand j’en ressens le besoin.

Ainsi j’ai décidé de tester les « thérapie jus détox » de la marque Dietox. J’ai acheté une cure d’un jour sur une vente privée (autrement je trouve les prix vraiment excessifs, je ne pense pas que je me serais lancée sans cette vente privée). Les objectifs : « Purifiez votre corps en prenant 6 jus détox pendant un jour ou jusqu’à 5 jours. Combinaisons de fruits, légumineuses, légumes, céréales et superaliments qui totalisent 986,6 Kcal, en respectant le minimum journalier recommandé. »

Il existe plusieurs types de cures alliant des cosmétiques bio et compléments alimentaires aux jus détox, j’ai pour ma part choisi de partir sur la version « basique » pour une première fois. Voici les bienfaits vantés par la marque :

Vous atteindrez votre poids idéal d’une manière saine et confortable, adaptée à votre rythme de vie et à chaque moment de votre journée. Vous éliminerez le liquide dont votre corps n’a pas besoin et vous expérimenterez progressivement une sensation de légèreté qui augmentera à mesure que les heures passent. Vous sentirez que votre vitalité et votre énergie augmentent. Le changement de mentalité engendre une attitude positive qui vous permettra d’affronter chaque moment de la journée avec bonne humeur. Votre peau et vos cheveux vous en seront reconnaissants : les nutriments de la thérapie détox leur fourniront la luminosité, la force et l’élasticité dont ils manquaient. Vous vous reposerez davantage et mieux, puisque cela vous permettra d’éliminer les dépenses d’énergie nécessaires à la digestion. Votre esprit sera plus actif, agile et concentré.

Autant vous dire qu’étant une gourmande-née, l’idée de ne rien manger de solide pendant 24h m’angoissait. J’ai choisi une journée de boulot (un vendredi, pour pouvoir récupérer le lendemain), me disant qu’il me serait plus facile de me concentrer sur autre chose qu’en étant chez moi. J’ai consommé la cure 5 jours après l’avoir réceptionnée en ayant conservé les jus au réfrigérateur ; ils étaient toujours parfaitement frais et goûteux. J’ai profité de la vente privée pour commander 3 jours de cure et j’ai congelé les deux autres cures restantes (les jus étant frais à la livraison ça ne devrait poser aucun problème). A la livraison, un e-mail est également envoyé avec des instructions pour le jour pré-cure et le jour post-cure. En gros, ils conseillent de manger très léger, peu gras, peu sucré… je vous avoue que je n’ai pas vraiment suivi ces instructions tellement j’étais stressée à l’idée d’avoir faim.

Le jour J, j’ai pris du retard sur mon emploi du temps du matin et donc sur la consommation de mon premier jus, prévu entre 7h et 9h. Dietox explique bien que chaque jus est conçu pour un moment précis de la journée avec un apport calorique bien précis, mais je n’ai pas pu me passer de mon habituel café du matin, aussi j’ai consommé le jus entre 10h et 11h. Ils conseillent également de boire les jus lentement, en dégustant chaque gorgée, ce que je pense avoir plutôt bien réussi à faire. A vrai dire je n’ai pas ressenti de sensation de faim avant 13h : j’ai consommé le deuxième jus un peu avant la pause déjeuner et l’ai terminé pendant que mes collègues mangeaient (heureusement, plutôt light eux aussi !) et si je n’avais pas particulièrement faim, j’avais par contre très envie d’aliments solides. Ensuite l’après-midi est plutôt vite passé : j’ai bu le 3ème jus quasiment à l’heure indiquée (un peu avant 14h).

C’est le soir que ça s’est gâté, j’ai bu le 4ème jus en rentrant chez moi et là j’avais vraiment faim. J’aurais vendu mon bras gauche pour un burger. Heureusement, le Matou a été très compréhensif et m’a répété plusieurs fois que je n’avais pas vraiment faim, plutôt envie de manger (et c’était effectivement le cas). Il s’est même cuisiné des pâtes 4 fromages pour être sûr que je n’aurais pas envie de piquer dans son assiette ! Une fois le jus du dîner passé, la faim s’est apaisée et je suis allée me couchée après avoir bu le dernier jus de la journée en rêvant déjà du petit-déjeuner du lendemain (quand je vous dis que je n’ai pas vraiment respecté les instructions post-cure…).

Et les bienfaits, alors ? A vrai dire c’est vrai que je me suis sentie plutôt légère mais ce qui m’a surtout marqué c’est à quel point j’étais en forme. En général, je passe la journée plutôt fatiguée et là j’ai senti une vitalité incroyable. Et effectivement, la faim a été très supportable, je pensais rêver de bouffe et me réveiller l’estomac grognant mais pas du tout, même le lendemain ça a été. Je pense que physiquement j’aurais pu continuer avec une 2ème journée de cure, mais psychologiquement… c’est une autre histoire, ça reste vraiment difficile de ne rien manger de solide de la journée – et encore je n’ai pas eu d’obligations sociales ce jour-là, si j’avais dû voir un ami ou avoir une fête de famille ç’aurait été le drame !

Concernant les bienfaits sur la peau et la digestion je pense que plusieurs jours de cures sont nécessaires, en 24h je n’ai pas constaté de différence notoire. Néanmoins l’expérience était très intéressante, je pense la réitérer très bientôt, dans l’idée je voudrais refaire une journée avant Noël et une journée ensuite – mais qui sait, j’aurai peut-être le courage d’enchaîner deux jours de cure ?… (ça reste à voir !)

Et vous ? Envie de tenter l’expérience ? Déjà tenté ?

#1 En construction

Nous l’avions annoncé en fin d’année dernière, le Matou et moi avons décidé de nous lancer dans l’aventure de l’investissement immobilier cette année. La décision a finalement été prise assez rapidement : nous savions dès la fin 2016 que nous voulions passer cette nouvelle étape de notre vie, le choix de l’appartement s’est fait très rapidement, sur un coup de coeur. Nous souhaitions rester dans Paris, ou dans le sud de la ville à minima, mais nous sommes très rapidement rendus compte que notre budget n’offrirait pas cette possibilité. Et au détour d’une balade, d’une visite pas du tout convaincante, nous sommes tombés sur le projet qui a remporté notre adhésion complète et immédiate. Vous l’aurez compris, nous achetons dans le neuf, en VEFA (vente en l’état futur d’achèvement), sur plans, donc.

C’est parfois surprenant lorsque nous en parlons, il est effectivement plutôt inhabituel pour des primo-acquérants de se lancer dans un achat sur plans : difficultés à se projeter, manque d’éléments concrets, délai d’attente trop long… Et c’est vrai, tous ces éléments entrent indéniablement en jeu. Pourtant, lorsque nous avons mis les avantages financiers dans la balance et la possibilité d’avoir notre chez-nous personnalisé, sur mesure, à nos goûts, c’est devenu comme une évidence.

Cet été, nous avons choisi les premiers éléments de cet appartement encore à l’état d’embryon (ou même pas, puisqu’actuellement seules les fondations sont achevées). Même si cela nous a paru rapide et parfois complexe – pas évident, finalement, de se projeter dans une salle de bain qui n’existe même pas ! – nous avons adoré cette première projection de notre futur lieu de vie.

Il y a encore tout à faire mais déjà, ces quelques éléments nous aident vraiment à nous projeter et nous n’avons qu’une hâte : se retrouver dans 1 an à emménager dans notre chez-nous ! Quelques éléments de déco commencent à s’accumuler de-ci de-là, nous réfléchissons déjà à l’organisation autour de cet appartement et au rendu de notre appartement actuel en location, à toutes les possibilités de cette nouvelle vie mais également aux changements qu’elle occasionnera… Quitter notre quartier adoré n’est pas une mince affaire – en particulier pour moi, qui vis dans cet arrondissement quasiment depuis mon arrivée à Paris – mais je pense déjà aux moments passés dans mon futur jardin (oui, vous avez bien entendu !) et tout de suite je me sens mieux.

Si vous avez des conseils sur l’achat en VEFA, la préparation d’un déménagement ou simplement le changement d’environnement n’hésitez pas, de mon côté je vous ferai suivre nos aventures jusqu’au 4ème trimestre 2018 où nous prendrons possession des lieux !

Less is more #2

Comme vous le savez peut-être, j’ai décidé cette année d’entamer une nouvelle étape de vie et d’appliquer les principes du minimalisme à mon environnement. J’ai commencé par un tri dans ma salle de bains, n’osant pas commencer par mon dressing.

Il faut bien avouer que ça a toujours été le chantier de ce côté-là : ma légèèèère tendance à l’accumulation compulsive rend tout tri très difficile, j’ai tendance à associer les objets – ou les vêtements – à des souvenirs, des émotions, et j’ai donc beaucoup de mal à m’en séparer. Mais ces derniers temps, j’ai commencé à sentir un besoin de vide, de sérénité. J’avais l’impression d’étouffer au milieu de toutes ces « choses » matérielles, comme dirait l’autre. Dimanche soir, j’ai eu un moment de quasi-panique, le souffle coupé, la respiration saccadée, impossible de me calmer. J’ai eu un déclic, ouvert ma penderie, et commencé à empiler les vieux vêtements dans des sacs poubelle.

dressing-avant
Dressing, avant

Dans la pile des vêtements « à jeter », toutes les chemises que je ne mettais jamais, les jeans troués mais que j’espérais toujours faire raccommoder pour la énième fois, les t-shirts trop petits mais conservés pendant des années par habitude, les pulls rapetissés au lavage, les vêtements de sport dont l’élastique avait depuis longtemps lâché, les robes d’été immettables parce que trop courtes, trop olé olé, trop plage pour trop peu d’occasions de véritablement y aller…

recyclage.JPG

Au final, j’ai conservé :

  • 6 chemises
  • 1 sur-chemise en jeans
  • 4 chemisiers manches longues
  • 4 chemisiers manches courtes
  • 16 robes d’été
  • 12 robes d’hiver
  • 6 robes de soirée
  • 5 jupes (dont 1 de plage)
  • 7 gros pulls
  • 6 gilets
  • 3 joggings (sweat + bas)
  • 5 sweat-shirts
  • 5 sous-pulls
  • 7 pulls
  • 9 hauts
  • 1 jeans blanc
  • 1 jeans turquoise
  • 2 jeans clairs
  • 3 jeans foncés
  • 1 pantalon velours gris
  • 1 chino bleu
  • 1 pantalon droit noir
  • 2 jeans noirs
  • 20 t-shirts
  • 15 débardeurs
  • 9 shorts
  • 3 manteaux
  • 6 vestes
  • 4 vestes de tailleur

On est donc encore bien loin de la garde-robe « capsule » vers laquelle je tendais, qui consiste à ne garder que 4 ou 5 pièces de chaque vêtement par saison, dans lesquelles on se sent vraiment bien et qu’on assortit ensemble pour former de nouvelles tenues. Je me rends compte que j’ai encore énormément de choses, mais c’est un premier tri et une véritable étape pour moi. Et je ne suis pas peu fière !

Tous mes vêtements recyclés iront bien sûr chez Emmaüs ou d’autres associations de recyclage !

sacs

Voici le résultat du dressing « après » :

dressing-apres

Prochaine opération : les chaussures/sacs/écharpes stockés dans les caisses au fond de mon armoire !

Mon beau sapin…

Noël arrive au galop et avec lui les sapins de Noël fleurissent. En grande fan de Noël, je voulais bien sûr faire le notre en novembre déjà mais l’Homme Parfait a mis le holà. On a donc dû attendre le premier week-end de Noël (oui, je sais, j’ai tardé à écrire cet article, mais le nouveau poste que je viens de prendre occupe tout mon temps et il n’en reste guère pour le blog… Mais j’y travaille !).

Après avoir trimbalé le sapin sur son dos, le Matou était beaucoup moins motivé, d’autant qu’après le cambriolage on a dû condamner la cave et donc tout son contenu – y compris le carton à décorations. Qui est-ce qui a fait un cirque pour que son amoureux décloue les barricades pour sortir les décorations ? … Bibi. Toujours est-il qu’après avoir longuement hésité à opter pour le sapin écologique de Treezmas, replanté après les fêtes (mais finalement le prix m’en a dissuadée, l’adoption sera pour l’année prochaine), nous sommes rentrés avec notre Nordman tout frais tout beau, qui n’a pas tardé à être dûment décoré.

Pour moi la décoration du sapin a toujours été un moment clé des fêtes, à partager en familles, avec de la musique et du chocolat chaud… Un vrai moment de bonheur passé en couple 🙂

fullsizerender_4
Déballage des décorations…
fullsizerender
Le sapin paré de ses plus beaux atours
fullsizerender_3
Le nounours de Noël veille au grain !
fullsizerender_1
Version mini

fullsizerender_2

fullsizerender_6
Le sapin illuminé et les cadeaux déjà à son pied !
fullsizerender_5
En bonus : le sapin (plus majestueux) près de mon boulot

Et votre sapin, déjà prêt pour les fêtes ?