Cinquante nuances de blond

Après deux ans sans m’être frottée aux ciseaux – et bien un mètre et deux kilos de cheveux en moins – je me suis enfin décidée à faire mon come-back chez le coiffeur. Non sans moults encouragements de la part du Matou, qui m’avait offert un bon pour aller chez le coiffeur aux frais de la princesse à la St Valentin… dernière. Va sans dire que j’ai été légèèèèrement retardée par rapport aux plans originaux, mais j’ai fini par y aller !

Et la quête d’un coiffeur à Paris est difficile. Hardue. Longue. Et on n’y perd ses cheveux (littéralement). Pas trop cher, pas trop naze, pas trop d’étudiants ratés de l’école de coiffure, pas trop de produits chimiques qui te dissolvent les oreilles et les racines… D’autant que lorsqu’on se pointe avec deux mètres de cheveux, on voit en général des dollars dans les yeux du coiffeur, qui compte déjà le nombre de zéros sur sa facture avant même d’avoir coupé une mèche. J’ai donc fini par me décider pour l’Atelier Dix, sur les conseils de nombreuses blogueuses parisiennes, notamment Caro et Stéphanie. Je me suis dit : « Tu ne sais pas avec quel découvert bancaire tu ressortiras, mais au moins tu sais que tu te sentiras canon ».

img_5051

img_5056

Et je n’ai pas été déçue. Ayant la chance d’avoir pu prendre rendez-vous en journée et en semaine, j’ai eu le salon pour moi toute seule. J’ai été traitée comme une vraie princesse pendant deux heures, d’abord accueillie par le bien connu Michel, qui m’a emmenée vers le vestiaire avant de commencer par couper les premiers vingt centimètres dans la masse. « C’est pour faciliter le travail de Karine », m’a-t-il expliqué. Il m’a ensuite accompagnée au sous-sol, où Karine, la coloriste, m’a prise en charge. Ici, pas de chichis : personne ne vous demande comment va votre chien ou votre grand-mère, aucune obligation. Si vous préférez profiter de ce moment de détente en silence, on vous sourit et on vous propose un thé, « menthe ou citron ? ». On vous apporte même quelques magazines, le plaisir coupable de chez le coiffeur, pour patienter pendant que vous mijotez. On enfourne à 180 degrés et on laisse compoter pendant 40 minutes.

fullsizerender_1

fullsizerender

img_5053

J’ai ensuite eu droit au fauteuil massant pendant le rinçage et à un petit massage du cuir chevelu qui a bien failli me faire piquer du nez. Le must ! La couleur est, comme promis, parfaite : juste des reflets naturels, « comme si on revenait de vacances », souligne Karine en souriant. Je remonte ensuite rejoindre Michel, qui continue la taille. « C’est magnifique comme ça ! », s’écrit-il une fois son oeuvre terminée. Je ne peux qu’approuver : je me sens légère, légère ! Belle, neuve, rayonnante, solaire. Tout ce que je voulais.

Et la facture, alors, me direz-vous ? Honnêtement, je ne le ferais pas tous les deux mois, mais au rythme où je vais chez le coiffeur et vu la longueur avec laquelle je suis arrivée, ça reste raisonnable (n’oublions pas que nous sommes à Paris…). Et pour ces deux heures de pure détente, ça vaut le coup. Je suis repartie avec le sourire – et deux soins Kérastase offerts par Karine !

fullsizerender_2

fullsizerender_4

Publicités

Gilmore Girls, retour à Stars Hollow

J’ai attendu pendant de looooongues années le retour de Gilmore Girls. Cette série emblématique créée par Amy Sherman-Palladino a surtout marqué mes années de prépa : je cherchais un divertissement sans complications, capable de me changer les idées rapidement et efficacement. Et ça a très bien marché, ce feuilleton gentillet en apparence aborde finalement des vraies problématiques auxquelles chacun peut être confronté dans sa vie quotidienne : l’amour, la relation mère-fille, les liens familiaux, l’amitié, la poursuite de son job idéal, la réussite… Des problématiques qui reviennent en force dans cette saison 8.

Présentée en 4 épisodes représentant chacun une saison de l’année, la saison 8 de la série m’a un peu fait l’effet d’une pièce de théâtre en 4 actes. On suit bien les héroïnes durant une année – j’ai eu un petit faible, je l’avoue, pour l’hiver et pour l’été – et on retrouve tout ce qu’on avait laissé de la famille Gilmore à la fin de la saison 7.

Au final, j’ai été ravie de me replonger dans l’histoire, tant et si bien que ça m’a paru passer beaucoup trop vite. J’ai terminé « Fall » avec une envie de reviens-y… Et j’ai été, comme beaucoup de fans, immensément frustrée par la fin de la saison, qui laisse un grand nombre de questions en suspend. Sans vous spoiler, je ne peux en tout cas que vous conseiller de vous y (re)mettre. C’est une série de filles, certes, mais les personnages masculins et les problématiques universelles qu’ils soulèvent peuvent également intéresser les hommes, je pense. Drôle, touchant, émouvant, parfois triste ou encore cocasse… Tous les ingrédients d’une bonne comédie sont réunis ! Amy Sherman-Palladino a déjà annoncé qu’elle ne serait pas contre une saison 9 si Netflix jugeait les scores d’audience suffisants, alors croisons les doigts !

Intrusion

Cette semaine de vacances a été bouleversée par un événement imprévu, qui m’a demandé beaucoup plus de temps que prévu : formalités administratives, assurances, police, serrurier… Toutes les joies post-cambriolage. Quelqu’un a pénétré par effraction dans les sous-sols de notre immeuble, une nuit, probablement par la porte du garage, endommagée, et que le syndic n’a pas jugé bon de réparer au cours des 4 mois écoulés depuis qu’on leur a signalé.

On nous a dit « quelle horreur, c’est toujours traumatisant un cambriolage, bon courage » et bien sûr c’est vrai, même si finalement je ne me sens pas si traumatisée. Plutôt… en colère. En colère de la lâcheté des gens, de leur égoïsme, de leur imprudence… Je me suis notamment fait voler mon vélo pliant qui n’avait même pas 6 mois et que j’ai utilisé quasiment toute cette année pour mes trajets domicile-travail. Moi qui pensait me remettre en selle dès la semaine prochaine, ça ne sera finalement pas pour tout de suite…

Cet imprévu a en tout cas bouleversé mon programme de la semaine puisque j’ai passé la majeure partie de la journée de mardi dans la cave à garder le restant de nos affaires, la porte étant totalement détruite. S’en son suivies les paperasses habituelles, les coups de fils qui s’imposent et le suivi des dossiers… Comme dit ma grand-mère, « c’est la vie » ! Je tiens en tout cas à me reposer au maximum ces derniers jours de vacances puisque dès lundi j’attaque un nouveau boulot et, avec lui, une nouvelle page qui va commencer à s’écrire.

J’ai tout de même réussi à cuisiner un peu, notamment des cinnamon rolls, dessert anglo-saxon que je trouve particulièrement réconfortant durant cette période d’avant-Noël. J’ai également réalisé mon premier hachis-parmentier, à base de topinambour (une première pour ce légume aussi !), à partir d’une recette QuiToque. Un vrai régal !

FullSizeRender.jpg

Pour ne pas vous laisser sur une note amère, voici donc la recette des cinnamon rolls que j’utilise, trouvée sur Marmiton (je l’ai testée cette fois sans lait en poudre, n’ayant pas réussi à remettre la main sur mon paquet, et je n’ai pas vu de différence !)

Temps de préparation : 30 minutes ; Temps de cuisson : 20 minutes

Ingrédients (pour 12 rolls) :

  • 1 tasse d’eau tiède (235 ml)
  • 1 oeuf
  • 3 tasses de farine à pain (410 g)
  • 1/4 tasse de sucre blanc (50g)
  • 3 cuillères à soupe de lait en poudre
  • 1 1/2 cuillère à café de sel
  • 5 cuillères à soupe de beurre ramolli (75ml)
  • 1 cuillère à café de levure de boulanger instantanée (5 ml)
  • 1/3 tasse de beurre (75g)
  • 1/2 tasse de glace à la vanille (65g)
  • 1/2 tasse de sucre brun (70g)
  • 1/2 tasse de beurre, ramolli (pour étaler) (115g)
  • 1 cuillère à soupe de cannelle en poudre
  • 1/2 tasse de sucre brun (110 g)

Préparation de la recette :

Placer l’eau, l’oeuf, la farine, le sucre blanc, le lait en poudre, le sel, 5 cuillères à soupe de beurre et la levure dans un grand saladier et pétrir l’ensemble jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Laisser lever. Si vous en possédez un, utilisez un appareil à faire le pain, sur la position ‘pâte’. Pendant ce temps, dans une petite casserole, faites fondre 1/3 tasse de beurre. Ajoutez 1/2 tasse de sucre brun et la crème glacée, puis portez à ébullition et faites cuire pendant 2 mn. Verser ce caramel dans le fond d’un moule de 9 x 13 pouces (20x30cm).

Préchauffer le four à 175°C. Lorsque la pâte est prête, posez-la sur une surface légèrement farinée. Formez un rectangle. Etalez le beurre ramolli et saupoudrez de cannelle. Ecrasez 1/2 tasse de sucre brun par dessus. Roulez la pâte sur elle-même, et scellez le rebord. Découpez 12 Rolls et placez les dans le moule caramélisé. Laissez lever jusqu’à ce que le volume ait doublé (environ 45 mn). Faire cuire à 175°C pendant 20 à 25 mn, jusqu’à ce que le dessus soit doré.

J’ai choisi de rajouter du chocolat en poudre amer à la farce des roulés, pour couper le sucre, et c’est délicieux. J’ai également décoré le dessus avec un glaçage (simplement réalisé en sucre glace et jus de citron).

Et vous, quelles sont vos pâtisseries de fêtes préférées ?

J’ai testé : les paniers-repas QuiToque

QuiToque, c’est des paniers-repas livrés à domicile, pour 2 ou 4 personnes, permettant de réaliser 4 recettes chaque semaine. Les recettes sont élaborés par une chef professionnelle et sont toutes réalisables facilement et surtout… rapidement ! Le gros plus : les produits sont tous frais, de saison et de proximité, souvent bio.

Voilà plusieurs mois que nous avons adopté le concept QuiToque et que nous nous faisons livrer un panier toutes les deux semaines. J’avais depuis longtemps envie de tester, attirée par de nombreux critères importants à mes yeux : la fraîcheur et la saisonnalité des aliments, le fait de limiter l’impact écologique en sélectionnant des producteurs de proximité, le recyclage de tous les emballages, qui sont récupérés d’une semaine à l’autre par les livreurs… et surtout, l’immense gain de temps ! Moi qui ai toujours détesté faire les courses, je suis libérée de ce fardeau : malgré le fait que nous ne nous faisons livrer qu’un panier toutes les deux semaines, nous ne nous rendons quasiment plus au supermarché (hormis pour les produits de première nécessité). Entre les sorties, les dîners hors de l’appartement ou les restos que nous nous accordons parfois, le rythme nous convient parfaitement !

curry-vert
Curry vert de crevettes

Autre avantage : ne plus avoir besoin de réfléchir à son alimentation. Chaque recette est pensée pour être équilibrée, avec sa part de glucides, de lipides, de protéines… tout y est ! Dans un panier « classique » se trouvent une recette à base de viande rouge, une recette à base de viande blanche, une recette à base de poisson/crustacés et une recette végétarienne. Certaines sont plus gourmandes, d’autres plus maigres, ce qui permet de varier selon ses envies et ses autres repas de la journée. Et tout est livré avec, jusqu’aux épices, aux herbes aromatiques et bien sûr au petit carnet de recettes, qui contient également des bonnes astuces pour préparer tel ingrédient (par exemple, dans celui de cette semaine, comment bien préparer un brocolis), cuisiner certains restes ou mieux connaître des fruits ou légumes peu consommés (comme le kumquat, récemment).

Car les plus gourmands ont également la liberté d’ajouter un petit panier fruité à leur box, où ils retrouveront des fruits bio de saison ainsi qu’une recette pour les accommoder. C’est pour moi les gros plus de QuiToque : la liberté et la flexibilité. L’inscription ne suppose aucun engagement, vous avez la possibilité de programmer vos livraisons grâce à un calendrier de livraison précis, de mettre en pause lorsque vous ne souhaitez pas recevoir de panier et de choisir le créneau de livraison qui vous arrange le plus.

calendrier

Enfin, parlons prix : vivant à Paris, nous dépensions une somme assez conséquente dans l’alimentation, d’autant que nous n’avions pas le temps de faire des courses chaque semaine, d’élaborer des menus et de cuisiner de manière aussi régulière. Nous favorisions donc les grosses courses une fois toutes les deux semaines et des petits achats ponctuels entre-temps. Avec QuiToque, nous avons réalisé des économies conséquentes car nous savons exactement à l’avance ce que nous aurons dans le frigo, pour combien de temps et ce qui nous manque. Tout en nous nourrissant de produits bien plus équilibrés et de qualité ! Le panier classique pour 2 personnes est à 59 €, néanmoins vous pouvez profiter de 20 € de réduction en utilisant mon code parrainage à votre première commande : ABO-9669-9783

Alors, tentés ?

Mes calendriers de l’Avent préférés

Noël approche à grands pas, ça y est : depuis hier, les illuminations ont fleuri dans tout Paris, y compris dans mon quartier où elles sont particulièrement belles. Il n’en faut pas plus pour me donner envie de cocooner avec un chocolat chaud sous un plaid, en attendant Noël. S’il est encore un peu tôt pour décorer le sapin (bientôt, bientôt…), il est plus que temps de choisir son calendrier de l’Avent pour être fin prêt dès le 1er décembre. Voici une petite sélection de mes modèles préférés :

  • Le calendrier de l’Avent des thés – Dammann Frères

damman

Pour les amateurs de thé en quête de nouveaux parfums, craquez pour le calendrier Dammann Frères : je trouve son design particulièrement travaillé et c’est l’occasion de découvrir de nouveaux parfums, en particulier certains thés de Noël qui sont mes préférés en fin d’année !

 

  • Le calendrier de l’Avent vernis à ongles – Ciaté

calendrier-de-lavent-2016-ciate

Les fêtes sont souvent l’occasion de se faire plaisir et de se chouchouter pour se transformer en princesse le soir du réveillon. Ciaté a pensé à tout avec son calendrier de l’Avent spécial nailart : en vente en France chez Sephora, la marque britannique propose 18 minis vernis, 1 vernis full size, 2 mini produits soin des ongles, 2 top coats et 1 cadeau surprise.

  • Le calendrier de l’Avent Beery Christmas – Saveur Bière

beery-christmas

J’ai failli craquer et offrir le calendrier Beery Christmas à mon chéri cette année : composées de 24 bières différentes issues de 18 styles et 17 pays, j’étais sûre qu’il allait adorer, lui qui aime déguster de nouvelles sortes de bières lorsqu’il en a l’occasion. Le seul frein : le prix, encore un peu élevé pour un calendrier de l’Avent (69,90 €).

  • Le calendrier de l’Avent beauté – L’Occitane en Provence

loccitane

J’ai eu un coup de coeur pour le calendrier L’Occitane de cette année : déjà, je trouve le format « livre ouvert » très original et pratique à poser – il évite de cribler ses murs de trous, RIP au mur de notre cuisine qui en fait les frais depuis 2 ans… Et le dessin réalisé par Kanako de My Little Paris est simplement magnifique ! D’autant que j’affectionne les produits L’Occitane, surtout en petits formats, que j’utilise plus rapidement. Mais mon envie de minimalisme jusque dans la salle de bain a pris le dessus pour cette année ! Je le conseille toutefois aux afficionados des produits de beauté.

  • Le calendrier de l’Avent gourmand – Fauchon

fauchon.jpg

Mon calendrier « gourmand » préféré, de chez Fauchon (oui je sais j’ai des goûts de luxe) : un petit calendrier en forme de cocotte, très ludique, qui recèle de nombreuses surprises gourmandes telles que la pâte de fruit à l’abricot, le mini éclair en pâte d’amande, un carré de chocolat noir-caco et lait-nougat, un mini calisson, un bonbon fourré aux 4 fruits rouges ou encore des délices à base de chocolat Gianduja.

  • Le calendrier de l’Avent Kinder, by Soledad

kinder

Le meilleur pour la fin : mon calendrier de l’Avent 2016 ! Offert par le Matou la semaine dernière, il est dessiné par Soledad pour Kinder (bien que lui l’ait choisi pour « sa forme de sapin » :)) et en vente chez Monoprix. Le petit plus : il est uniquement composé des produits Kinder que j’adore (Kinder Country, Kinder Bueno…). Le moins : je soupçonne chaque chocolat d’être emballé individuellement, ce qui attriste mon coeur d’écolo… Une chose est sûre : je l’adore !

Et vous, pour lequel avez-vous opté cette année ?